Propriété intellectuelle

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Creative Commons Licence 3.0 France - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions.

samedi, septembre 19, 2009

Le Notaire du Havre, Georges Duhamel

«Le but suprême du romancier est de nous rendre sensible l'âme humaine, de nous la faire connaître et aimer dans sa grandeur comme dans sa misère, dans ses victoires et dans ses défaites. Admiration et pitié, telle est la devise du roman.»
[ Georges Duhamel ] - Extrait de l' Essai sur le roman

Quelques citations
Mercure de France(1933) -Le livre de Poche (1961)

Transformer ce premier volume de la Chronique des Pasquier, de G. Duhamel, en album de timbres,(avec quelques illustrations personnelles)...

Quoi de plus naturel , sachant que l'attente d'une lettre notariale structure tout le récit, impose espoirs, doutes , désillusions et leçon de morale aux membres unis de cette famille représentative du XXème siècle naissant?

Cliquez pour agrandir,
lire



Pour Eric Coraboeuf: projet lectures artistiques
lecturesartistiques.blogspot.com/

6 commentaires:

  1. Encore une autre belle réalisation.
    Avez-vous vu le film: L'arbre aux sabots d'olmi?

    Les feuilles mortes

    Simone, allons au bois, les feuilles sont tombées,
    Elles recouvrent la mousse, les pierres et les sentiers.
    Simone, aimes-tu le bruit des pas sur les feuilles mortes ?

    Elles ont les couleurs si douces, des tons si graves,
    Elles sont sur la terre si frêles épaves !
    Simone, aimes-tu le bruit des pas sur les feuilles mortes ?

    Elles ont l'air si dolent à l'heure du crépuscule,
    Elles crient si tendrement, quand le vent les bouscule !
    Simone, aimes-tu le bruit des pas sur les feuilles mortes ?

    Quand le pied les écrase elles pleurent comme des âmes,
    Elles font un bruit d'ailes ou de robes de femmes.
    Simone, aimes-tu le bruit des pas sur les feuilles mortes ?

    Viens : nous serons un jour de pauvres feuilles mortes.
    Viens : déjà la nuit tombe et le vent nous emporte.
    Simone, aimes-tu le bruit des pas sur les feuilles mortes ?

    Rémy de Gourmont ("Simone, poème champêtre"- Mercure de France, 1901)

    RépondreSupprimer
  2. Oui, je connais ce beau poème, appris autrefois ,Jean-Claude et merci de votre commentaire .( Je développerai plus tard ).

    RépondreSupprimer
  3. Voilà une bonne idée pour vous, je suis certain que vous ferez bien mieux, qu'en pensez-vous?

    RépondreSupprimer
  4. Jean-Claude, de quelle idée parlez-vous ?

    RépondreSupprimer