Propriété intellectuelle

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Creative Commons Licence 3.0 France - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions.

samedi, avril 20, 2019

Chat poseur

















 Chat

Pour ne poser qu'un doigt dessus
Le chat est bien trop grosse bête.
Sa queue rejoint sa tête,
Il tourne dans ce cercle
Et se répond à la caresse.

Mais, la nuit l'homme voit ses yeux
dont la pâleur est le seul don.
Ils sont trop gros pour qu'il les cache
Et trop lourds pour le vent perdu du rêve.

Quand le chat danse
C'est pour isoler sa prison
Et quand il pense
C'est jusqu'aux murs de ses yeux.


Paul Eluard 

mercredi, avril 17, 2019

Véranda(h)

Véranda (h) 

Substantif féminin (lien ici )

Étymol. et Hist. a) 1758 « galerie couverte établie sur la façade d'une maison » (J. H. GroseVoy. aux Indes Or. [trad. de l'angl. par Hernandez], p. 74 ds König, p. 209: [les maisons] ont une espèce de colonnade au dehors [...] que les Portugais appellent Vérandas); b) 1844 « galerie vitrée adossée à une maison, servant généralement de petit salon » (BalzacModeste Mignon, p. 11: une véranda projette sa cage de verre sur la façade). Empr., par l'intermédiaire de l'angl.veranda(h) (dep. 1711 ds NED; 1757, GroseVoy. E. Indies, p. 84, ibid.: A penthouse or shed, that forms what is called in the Portuguese Lingua-franca Verandas), au hindi mod. varandā , lui-même empr. au port. varanda « balcon, balustrade », att. dep. la fin du xves., d'orig. incertaine (Mach.Da Cunha), que le FEW (t. 18, p. 129b et t. 14, pp. 172b-173) fait remonter au lat. vara « poutre ».



Son  H lui donne son cachet exotique.

Son charme vient de ce qu'elle confond, unit, mélange l'intérieur et l'extérieur. 

Cadre idéal pour dessiner.


La vérandah

Au tintement de l'eau dans les porphyres roux
Les rosiers de l'Iran mêlent leurs frais murmures,
Et les ramiers rêveurs leurs roucoulements doux.
Tandis que l'oiseau grêle et le frelon jaloux,
Sifflant et bourdonnant, mordent les figues mûres,
Les rosiers de l'Iran mêlent leurs frais murmures
Au tintement de l'eau dans les porphyres roux.

Sous les treillis d'argent de la vérandah close,
Dans l'air tiède, embaumé de l'odeur des jasmins,
Où la splendeur du jour darde une flèche rose,
La Persane royale, immobile, repose,
Derrière son col brun croisant ses belles mains,
Dans l'air tiède, embaumé de l'odeur des jasmins,
Sous les treillis d'argent de la vérandah close.

Jusqu'aux lèvres que l'ambre arrondi baise encor,
Du cristal d'où s'échappe une vapeur subtile
Qui monte en tourbillons légers et prend l'essor,
Sur les coussins de soie écarlate, aux fleurs d'or,
La branche du hûka rôde comme un reptile
Du cristal d'où s'échappe une vapeur subtile
Jusqu'aux lèvres que l'ambre arrondi baise encor.

Deux rayons noirs, chargés d'une muette ivresse,
Sortent de ses longs yeux entr'ouverts à demi ;
Un songe l'enveloppe, un souffle la caresse ;
Et parce que l'effluve invincible l'oppresse,
Parce que son beau sein qui se gonfle a frémi,
Sortent de ses longs yeux entr'ouverts à demi
Deux rayons noirs, chargés d'une muette ivresse.

Et l'eau vive s'endort dans les porphyres roux,
Les rosiers de l'Iran ont cessé leurs murmures,
Et les ramiers rêveurs leurs roucoulements doux.
Tout se tait. L'oiseau grêle et le frelon jaloux
Ne se querellent plus autour des figues mûres.
Les rosiers de l'Iran ont cessé leurs murmures,
Et l'eau vive s'endort dans les porphyres roux.

Leconte de Lisle (1818-1894)

...................................................................................................................................
"Existe-t-il un lieu plus propice à la rêverie qu’une véranda ? Dans l’imaginaire de tout un chacun, rêve et véranda sont corrélés. En premier lieu, par l’envol du [v] et la vibration du [ʀ]. Une balancelle entre le dedans et le dehors. Entre l’intime et l’étendu. Entre des mondes poreux dont les frontières s’estompent, qui laissent toujours filtrer un rai de lumière. Qui dit véranda dit aussi exubérance florale, chaleur tiède, même au plus vif de l’hiver. La véranda, ses verrières qui captent et le jour et la nuit, convoquent l’exotisme d’un monde floral odoriférant et une démultiplication amplifiée de l’univers."

Angèle Paoli, Terres de femmes 

......................................................................................................................................
Liens en poésie, ici et  et encore

dimanche, avril 14, 2019

Dans une bulle

Comme point de départ, un gros ballon stabilisé par divers objets; bâton, règles, chevalet métallique.



Objectif:

dessiner l'ensemble, à main levée, et intégrer dans le ballon, une figure humaine.


Référence: l'homme de Vitruve, de Léonard de Vinci 


mais libre à chacun de  choisir l'élément humain.


jeudi, avril 11, 2019

Académie

Sur 20 papiers de couleurs de petit format ,



                                              reprises de mes croquis ou dessins 



                                                                 d'académies féminines.

mardi, avril 09, 2019

Apparitions, disparitions


"Recyclage " de linogravures












Chutes ou fin de séries"


Le tout constitue un patchwork qui pourrait avoir pour thème "Apparitions, disparitions"

vendredi, avril 05, 2019

Comme dans un fauteuil





Dessiner, en observant et saisissant  les vides.




Deuxième séance selon cette démarche technique :le modèle était cette fois un  rocking-chair aux courbes très "art nouveau".


Ne pas tracer la structure du fauteuil, mais dessiner -en creux- les espaces délimités par cette structure.
                        Pas facile, vu la complexité de ce motif aux belles arabesques.




Le but est de libérer le "cerveau droit": ne plus voir le sujet, mais repérer les espaces qui le composent,  y voir autre chose. 
Personnellement, j'ai eu l'impression de faire l'épure d'un vitrail moderne  cloisonné , ce qui pourrait donner lieu à une tout autre création .



         Qu'un modèle féminin  s'installe aux creux du rocking-chair, et la poésie joue à plein:
                                      magie des courbes et du grain de la chair.



mercredi, avril 03, 2019

Drapés

                                                                       Le drapé:


exercice d'école, renouvelé par "l'installation " de notre professeur:



une souche enveloppée d'un linge blanc.

Pastel sur papier beige.
...
Y décèle t-on un autre motif?