Propriété intellectuelle

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Creative Commons Licence 3.0 France - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions.

dimanche, octobre 30, 2016

Blanc sur bleu à Antibes

Que dire devant tant de force et de beauté ?

 Sur la terrasse du Fort Vauban, dans le port d'Antibes, face à la mer Le Nomade , sculpture en acier inoxydable peint de Jaume Plensa (2010) étonne et fait rêver.

Les touristes font le tour du géant avec respect, circonspection 
et le photographient sous tous ses angles, ou plus exactement sous toutes ses courbes.

Certains promeneurs s'installent  dans cette structure comme dans un nid, 
 pour y faire la sieste.


















"Qui aimes-tu le mieux, homme énigmatique, dis ? ton père, ta mère, ta sœur ou ton frère ?
- Je n'ai ni père, ni mère, ni sœur, ni frère.
- Tes amis ?
- Vous vous servez là d'une parole dont le sens m'est resté jusqu'à ce jour inconnu.
- Ta patrie ?
- J'ignore sous quelle latitude elle est située.
- La beauté ?
- Je l'aimerais volontiers, déesse et immortelle.
- L'or ?
- Je le hais comme vous haïssez Dieu.
- Eh ! qu'aimes-tu donc, extraordinaire étranger ?
- J'aime les nuages... les nuages qui passent... là-bas... là-bas... les merveilleux nuages !" 

Charles Baudelaire - Le Spleen de Paris



6 commentaires:

  1. Quelles merveilleuses photos et billet ! Je te sens conquise par cet homme de lettres grandiose qui se détache du ciel bleu avec "force et beauté" !
    Tu es belle et élégante pour lui ♥♥♥ :-)

    RépondreSupprimer
  2. Je dis ce que je vois.
    Je file garder mon petit à sourires.
    A plus tard, Miss...quelques jours sans pouvoir trafiquer sur mon ordi :-)

    RépondreSupprimer
  3. Le "petit à sourires", c'est très joli et très juste.

    RépondreSupprimer
  4. Et blanche sur blanc, elle est bien jolie ta robe (et ton sourire) mais aujourd'hui elle me donne froid à regarder...
    J'aime particulièrement cette citation de Baudelaire. Chaque région a ses nuages, ceux des Vosges sont de gros voyageurs paresseux qui traînent leur ventre presque jusqu'au sol

    RépondreSupprimer
  5. A propos de ton commentaire : nous étions à Belleville, il aurait fallu descendre gare de Lyon puis marcher éventuellement > gare d'Austerlitz (à moins d'y aller en métro) puis encore jusqu'au jardin des plantes
    Dimanche nous les avons accompagnées gare de Lyon en métro, c'était plus raisonnable / la circulation

    RépondreSupprimer