Propriété intellectuelle

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Creative Commons Licence 3.0 France - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions.

mercredi, septembre 27, 2017

Caracoler


Photographiée par Cergie, dessinée par un de ses voisins, une licorne qui caracole.
......

La licorne au jardin


Un beau matin, un homme assis devant son petit déjeuner quitta des yeux ses œufs brouillés pour voir qu’une licorne blanche avec une corne d’or au milieu du front paissait paisiblement les roses du jardin. L’homme se rendit dans la chambre à coucher où sa femme dormait encore et la réveilla. « Il y a une licorne dans le jardin, dit-il. Elle est en train de manger les roses. » Sa femme ouvrit un œil hostile et le regarda. « La licorne est un animal mythique », dit-elle, et elle lui tourna le dos. L’homme descendit lentement les marches qui conduisaient au jardin. La licorne était toujours là. A présent, elle broutait les tulipes. « Tiens, licorne », dit l’homme et il arracha un lys qu’il lui tendit. La licorne le mangea d’un air grave. Le cœur plein d’allégresse parce qu’il y avait une licorne dans son jardin, l’homme remonta au premier et tira à nouveau sa femme de son sommeil. « La licorne, dit-il, a mangé un lys. » Sa femme s’assit dans son lit et le regarda froidement. « Tu es dingue, dit-elle, et je vais t’expédier dans une maison de dingues. » L’homme, qui n’avait jamais beaucoup aimé les mots « dingue » et « maison de dingues », et qui les aimait d’autant moins par un matin ensoleillé où il y avait une licorne au jardin, réfléchit un instant. « Nous verrons », dit-il. Il regagna la porte. Puis il retourna au jardin regarder la licorne, mais la licorne était partie. L’homme s’assit au milieu des roses et s’endormit.
Dès que son mari eut quitté la maison, la femme se leva et s’habilla aussi vite que possible. Elle était tout excitée, elle avait le regard triomphant. Elle téléphona à la police puis à un psychiatre ; elle leur demanda de venir chez elle immédiatement et d’apporter une camisole de force. A leur arrivée, les policiers et le psychiatre prirent place dans des fauteuils et la regardèrent avec grand intérêt. « Mon mari, dit-elle, a vu une licorne ce matin. » Les policiers regardèrent le psychiatre et le psychiatre regarda les policiers. « Il m’a dit qu’elle a mangé un lys », dit-elle. Le psychiatre regarda les policiers et les policiers regardèrent le psychiatre. « Il m’a dit qu’elle a une corne en or au milieu du front », dit-elle. Sur un signe du psychiatre, les policiers bondirent de leur fauteuil et s’emparèrent de la femme. Ils eurent du mal à la maîtriser car elle leur opposait une résistance farouche, mais à la fin ils y parvinrent. Au moment où ils lui passaient la camisole de force, le mari rentra à la maison.
« Avez-vous dit à votre femme que vous avez vu une licorne ? » lui demandèrent les policiers. « Non, bien sûr, répondit le mari. La licorne est un animal mythique. » « C’est tout ce que je voulais savoir, dit le psychiatre. Emmenez-la. Monsieur, je suis désolé, mais votre femme est folle à lier. » Ils l’emmenèrent donc, toute jurante et hurlante, et l’enfermèrent dans une institution. Le mari vécut heureux pendant très longtemps.
La morale de l’histoire : gardez pour vous vos idées farfelues tant qu’elles ne sont pas au point.

8 commentaires:

  1. Cela fait bien longtemps que la pluie a emporté ce magnifique dessin ; mon voisin m'a dit que son rêve était de faire les beaux-arts, il y a renoncé ne se trouvant pas assez doué... Il devrait peut-être tenter de se reconvertir car en ce moment il est au chômage

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quel dommage!
      "Pas assez doué": modestie, manque de confiance ? En tout cas, les dons se cultivent avec le travail.
      Mais il est vrai qu'il faut d'abord réussir le concours (ou l'examen) d'entrée.
      A quel âge, cette reconversion?

      Supprimer
  2. Quelle belle histoire dont on n'attend pas la chute. Une nouvelle machiavélique à la Daphnée du Maurier

    RépondreSupprimer
  3. La morale par contre est inappropriée, l'idée n'était pas si farfelue et mal en point que cela

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La morale surprend... tout comme l'histoire!

      Supprimer
  4. Heureusement qu'il en reste une trace photographique.

    RépondreSupprimer
  5. Quelle horreur! L'histoire va s'en dire. Quant au dessin à la craie je me demande si il y a des concours en France, il y en a de magnifiques dans plusieurs villes américaines et c'est un plaisir de voir les artistes travailler et discuter de leur travail.

    RépondreSupprimer
  6. Tu trouves ? Ce genre d'humour noir me ravit.
    Je crois bien que la craie a disparu des trottoirs français...

    RépondreSupprimer