Propriété intellectuelle

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Creative Commons Licence 3.0 France - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions.

dimanche, mai 11, 2014

Petites boîtes noires

*Du fil à retordre/ tenir à un fil
Marabout bout de ficelle
se découd le temps

(Variante)


N'y voir pas plus loin 
que la pointe de son nez
mais avec le coeur



http://jeudannan.blogspot.fr/2014/01/poemes-objets-3.html


10 commentaires:

  1. Je me souviens très vaguement que nous avions de petits objets qui ressemblaient à ces boîtes mais qu'était-ce ? Cela me reviendra, va...

    RépondreSupprimer
  2. Celles-ci sont des boîtes de photo de photographes

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mes petites boîtes remontent à l'enfance et elle y sont enfouies, il ne m'en reste qu'un très ancien souvenir, comme un rêve évanoui...

      Supprimer
    2. Ton commentaire a tout du poème

      Supprimer
  3. Mise en boites délicieuses, nostalgiques, poétiques !
    Bravo Miss !
    Je reviendrai ce soir...
    Le papier végétal est parti, je n'ai pas eu le temps de mettre un petit mot.
    Tu trouveras donc : du "papier" fait à partir d'hortensias et prêle, de l'artichaut, et de l'asperge que j'avais oublié.
    Y a aussi une tite carte faite avec des éléments semblables
    A plus tard

    RépondreSupprimer
  4. A regarder les petits trous, petits trous des dents, je crois que tu les as faits un à un à la main avec une aiguille au lieu de les piquer à la machine à coudre (très pratique la machine à coudre)

    RépondreSupprimer
  5. Tu as bien vu: je ne couds pas à la machine (et très peu à la main) La machine Singer qui me vientde ma mère est là, comme souvenir et comme décoration

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. http://photograff.blogspot.fr/2008/11/sis-for-singer-sewingsurralisme-soie.html

      Supprimer
  6. Boîtes à malice où se déroule le fil du temps... Le temps de la machine à écrire quand le ruban rouge et noir tachait les doigts....
    Ici, j'ai l'impression que tu as timbré le temps qui passe...

    RépondreSupprimer